Vincent Tessier

https://www.youtube.com/watch?v=yvKnaSAf3AE&feature=youtu.be

Interview de Vincent Tessier, Directeur video chez Prisma media

 Annabel Ringrave: En quoi cela consiste d’être Directeur video chez Prisma Media?

 Vincent Tessier: C’est très simple, c’est définir les moyens pour augmenter la taille de notre catalogue vidéo et nos audiences vidéo.

A.R.: En tant que spécialiste de contenus vidéos, quels sont les ingrédients pour produire une bonne vidéo?

V.T.: D’abord nous on est spécialise dans la video de courte durée. On est plutôt sur un mode vidéo de 2-3 minutes qu’on va consommer en mode snacking. Je dirais que pour ce contenu ce qui va compter c’est d’avoir un contenu court, concis, précis, qui va apporter rapidement soit une expérience de divertissement, soit les réponses à ses questions. Donc quelque chose de très percutant. On dit souvent que les 15 premières secondes de la vidéo sont essentielles pour capter l’attention des utilisateurs, sur le web ou sur le digital, qui sont beaucoup sollicités et qui peuvent rapidement abandonner la vidéo. Il y a beaucoup de vidéos qui ne sont pas vues jusqu’au bout.

A.R.: Quel impact une video peut avoir sur un titre de presse?

V.T.: Alors je crois que le principal impact c’est d’enrichir l’expérience du lecteur. C’est lui donner une alternative au magazine, et qu’il puisse consulter sur d’autres supports, plutôt digitaux, ( que ce soit le web, le mobile ou la tablette), qu’il puisse consommer d’autres contenus pour enrichir l’expérience.

A.R.: J’en déduis finalement que l’expérience utilisateur est extrêmement importante. Maintenant l’utilisateur a besoin d’autres supports medias. Et le support print/papier n’est plus suffisant.

V.T.: C’est exactement ça, l’utilisateur aujourd’hui passe de plus en plus de temps sur sa tablette, sur l’ordinateur

A.R.: sur son smartphone…

V.T.: sur son smartphone et il faut être capable de s’adapter par rapport à ces nouveaux usages en proposant nos contenus, qui sont de qualités, qui sont produits par des journalistes. Pouvoir lui proposer sur le support qu’il utilise et au moment où il l’utilise.

A.R.: Vous êtes Transmédia et c’est ce qui explique qu’en janvier Prisma presse s’est rebaptisé Prisma média.

V.T.: C’est exactement ça. C’était pour pouvoir marquer un tournant dans l’histoire de notre groupe et cette vision que demain les contenus seront consommés sur tous les médias.

A.R.: En règle générale quels sont les avantages de la vidéo en ligne ?

V.T.: Les avantages sont multiples. C’est d’abord pour le magazine de valoriser son image. Pour l’utilisateur c’est d’améliorer son expérience du magazine avec des contenus différents et notamment vidéos. Mais si on revient maintenant sur la partie plus digitale, un utilisateur qui va regarder des vidéos va avoir un engagement plus fort vis à vis de la marque, va rester plus longtemps sur le site et va consommer davantage de contenu. Donc c’est aussi un bon moyen de fidéliser l’audience et de la faire basculer progressivement de la presse vers le digital.

A.R.: En définitive, c’est un super moyen marketing de fidéliser un consommateur.

V.T. : Exactement.
Aujourd’hui on a un rythme de croissance de nos audiences vidéo qui est à deux chiffres tous les mois. On est sur 11,4 millions de vidéos vues sur le mois d’octobre et je pense que c’est des chiffres qu’ont va voir augmenter significativement à partir de 2013. Et de plus en plus on voit que la consommation de vidéos sur les médias est en augmentation parce que cette consommation peut se faire n’importe où, n’importe quand contrairement à la télévision qui se fait dans son salon chez soi.

 A.R.: Donc j’en déduis Vincent que les vidéos aujourd’hui boostent le référencement d’un titre.

V.T. : Plus on fait de vidéos, plus on va être référencé et plus on va ressortir dans les moteurs de recherche. Donc c’est effectivement un moyen qui permet d’augmenter les visites sur nos sites web.

A.R.: Donc quelque part c’est un outil marketing et peut-être que cela contribue à augmenter l’achat d’un titre ou l’abonnement à un titre ?

V.T. : C’est vrai mais c’est à double tranchant. Cela permet d’avoir une plus forte visibilité mais encore fait-il que la vidéo soit de qualité. Si la vidéo n’est pas de qualité c’est une expérience qui va plutôt être négative. Par contre si elle est de bonne qualité et répond exactement à l’attente de l’utilisateur il sera plus enclin à aller sur le site et demain acheter ou s’abonner au magazine.

A.R.: Donc vidéo OK mais à condition de produire un contenu de qualité.

V.T. : Ouai tout à fait.

A.R.: Pour poursuivre là dessus, est-ce qu’un meilleur référencement génère plus de publicité ?

V.T. : Oui c’est mécanique. A partir du moment où nos pages et nos vidéos sont mieux référencées, ça va générer des visites sur nos site, ça va générer des vidéos vues et comme sur nos pages, ou dans nos vidéos, on a des emplacements publicitaires et qu’on place des campagnes publicitaires ça va générer des revenus.

A.R.: Parfait.

V.T. : Par ailleurs, ce qui me semble intéressant c’est qu’on est capable de monter des opérations publicitaires couplées entre le print et le digital. Avoir à la fois des publicités dans nos magazines qu’on va retrouver sur nos sites web, qu’on retrouve dans nos vidéos et qu’on va retrouver également dans les tablettes.

A.R.: Et ça vous le faites de plus en plus ?

V.T. : ça c’est une tendance forte du marché. Et d’ailleurs aujourd’hui la plupart des régies publicitaires sont organisées en 360. Elles offrent à leur client une visibilité sur l’ensemble des médias du groupe.


Annabel Ringrave

http://www.youtube.com/embed/qYvb_slMwdk

Henri Kaufman a souhaité m'interviewer dans le cadre des videos du succès.

RV pris fin avril 2012 sur la terrasse du Printemps Haussmann. Temps mitigé, vue imprenable, moment particulièrement insolite.

Ci-dessous: le texte de la vidéo. Néanmoins on retrouve chaque tendance individuellement dans mon site.

Une tendance, c'est un reflet de l’air du temps.

On distingue d'un côté les Tendances de Fond qui sont des grandes tendances sociétales généralement pérennes. Elles ont une durée de vie d’au moins dix ans. Elles reflètent notre façon de vivre.

Et d’autre part, des micro tendances qui sont davantage des phénomènes de mode et qui s’expriment dans la Mode, le Design, la bijouterie, la maroquinerie, les couleurs.

Pour en savoir plus, les Vidéos du Succès de PPC & HK sont aller poser leurs traditionnelles 7 questions à Annabel, dont le site Protendances est spécialisé dans ce domaine (ça tombe bien !)

Tendance 1 = Head to Hand. Avec l’apparitition des Smartphones notre façon de communiquer s’est modifiée en l’espace de 2-3 ans. Un glissement de communication de la tête à la main s’est opéré. Aujourd’hui notre téléphone portable est plus souvent dans notre main que scotché à notre oreille. En effet, il semblerait que nous émettions davantage de SMS que de coups de téléphones. Observez bien dans la rue vous allez croiser quantités de gens tête baissée smartphone à la main peut-être en train d’envoyer un SMS...

Tendance 2 = Butterfly ou Tendance Papillon

Les papillons sont omniprésents, ils papillonnent partout volent un peu partout. Dans les vitrines des magasins, dans les prospectus, en stickers pour les décorations murales, imprimés sur les vêtements de Capture d’écran 2012-05-23 à 10.57.26 les stars, en couverture de magazines, sur le site de réservation d’Air France…

Cette tendance qui s’explique assez facilement : nous sommes dans une époque très "présente". Tout arrive très vite et tout part très vite. Que ce soit en Amour ou au Travail, les changements sont fréquents. On passe d’un univers à un autre, d’une relation à une autre… Les choses ne "tiennent plus qu'à un fil". Le papillon incarne parfaitement ces valeurs de légèreté, de superficialité, et surtout d’éphémèrité…

Tendance 3 = Woody. Le bois brut est dans l’air du temps. Il s’affiche dans les vitrines, sur les plateaux de télévision… Dans les devantures de magasins dont certains ressemblent davantage aux vitrines de fleuristes avec des arbres, des plantes, du bois et des bûches. C'est une tendance qui s’explique assez facilement puisque nous sommes depuis longtemps dans la grande tendance du développement durable, à l’économie, au green, au recyclable, à l'écologie, au Bio etc…

Tendance 4 = Skull ou Tête de Mort. Au delà d’une tendance gothique, la tête de mort s’inscrit progressivement dans la mode et le design. La tête de mort est un peu partout dans la mode, bracelets , bagues et colliers siglés de tête de mort ; on la retouve également beaucoup sur les vêtements, pulls, tees shirts, sacs. Pas facile à expliquer ! Néanmoins, une des explications réside peut-être dans le rapport entre le réel et le virtuel qui peut se rapprocher du rapport vie/mort.

Tendance 5 = Grand Mix

Le grand Mix c’est la signature de radio nova. Cette tendance au grand mix n’est pas exclusive à la musique, c’est aussi une véritable tendance sociétale que l’on retrouve dans la mode, le design, la cuisine… et d’un point de vue plus général chez l’homme. Détaillons cette tendance :

    Métissages : Les hommes voyagent plus et communiquent davantage. Au fur et à mesure ils se décloisonnent, ils partagent davantage de richesses, se comprennent  mieux et finissent par se mélanger.

    Design vs Brocante : On se meuble en Ikea, en Habitat, Conforama, BHV, et autres grandes Capture d’écran 2012-05-23 à 10.56.17 enseignes, puis on décore avec de vieilles affiches, de vieux objets vintage. Et vice et versa on se meuble avec de l’ancien et on décore ses murs avec des photos contemporaines, des tapisseries modernes etc…

    La mode : Non seulement la mode est plurielle mais tout est mixé. On mixe les formes, les imprimés, les matières.

Tendance 6 = Réplication. Le terme  est volontairement emprunté à la génétique, un monde où population et progrès technologiques croissent de façon très significative,  « La génétique rime avec le numérique ». La Replication s’exprime particulièrement dans des univers comme le design, la mode, le merchandising, la publicité  et de fait chez les collectionneurs. On expose le même objet x fois en ne faisant varier qu’un seul caractère (la couleur par exemple).

Tendance 7 : couleur Corail. La couleur "tendance" de cet été sera l’orange corail.


Sandra Dechnik

https://youtu.be/-sfrIkemLss
En mars 2012 Sandra Dechnik a réalisé 50 toiles originales suivant un thème particulier : Mr K The Diabolikal Super Kriminal. Thème qui s’inspire de films sataniques et diaboliques des années 1960-1970 tels les James Bond, Hitchcock etc… L’idée était de créer un univers à la fois  glamour et criminel.

Toutes les toiles ont été exposées à L’Autre Maison chez Fabrice Diomard, décorateur d’intérieur.
Retrouvez une partie de ces toiles dans les vidéos qui suivent.

Mais qui est Sandra Dechnik ?

Sandra Dechnik vient du Sud-Ouest plus exactement de Pau où elle est née. A dix huit ans elle monte à Paris pour ses études qui la mèneront directement à sa passion : la Mode. Elle commence sa vie professionnelle en effectuant de nombreux stages dans le stylisme notamment chez Dior Haute couture et Lagerfeld. Puis elle se dirige vers la vente et travaille longtemps pour Gucci. Aujourd’hui Sandra est responsable de la boutique de chapeaux Marie Mercier à Paris.

Parallèlement à son parcours dans la Mode Sandra est une créatrice originale qui pratique le collage depuis l’âge de douze ans.

Bien évidemment la Mode influence considérablement ses créations mais pas seulement. Ses sources d’inspiration tournent également  autour de l’Art et plus particulièrement le dadaïsme ainsi que l’art du graffiti. Sandra s’inspire également de ses voyages réguliers sur le continent Africain.

Véritable Artiste, Sandra a le don de mixer des formes féminines avec des couleurs éclatantes selon  un assemblage précis qui évoque souvent quelque chose de surréaliste. Cela donne à ses collages un genre Ethnique Eclectique toujours Esthétique dans un style ludique, pop, sophistiqué et souvent décalé.


Head to Hand

https://youtu.be/CTqPo_RQNJo

Le smartphone a révolutionné notre façon de communiquer.

Il y a 4 à 5 ans, quand le Smartphone n’existait pas, personne ne semblait choqué de croiser des milliers de passants parlant seuls avec leur téléphone portable scotché à l’oreille.
De la même façon, aujourd’hui, avec l’apparition des Smartphones ou « téléphones intelligents » ou encore « ordinateurs de poche », nous ne sommes pas non plus choqués de croiser des milliers de passants mobiles ou immobiles en train de “tapoter” sur ces derniers.

Progressivement il s’est opéré un glissement de communication de la tête à la main.

Dans le micro-trottoir qui suit les résultats sont très « parlants ».
Il semblerait que l’émission de SMS ou de messages instantanés dépasse largement le nombre de coups de téléphones. Ces données pourraient être confirmées par les opérateurs téléphoniques.

Néanmoins on a accès à quelques chiffres :
En 2009, 19,3 milliards de SMS avaient été émis. Source: le journal du net, résultats de l’ACERP.
On sait également que le passage à la nouvelle année est le temps fort du SMS.
En effet, le 1 er janvier 2012 les 3 opérateurs Bouygues télécom, Orange et SFR ont traité plus de 1 milliard de SMS. Source Melty.fr

On comprend bien que les forfaits illimités ont une grande part dans l’explosion du SMS.
Pas étonnant que lorsque l’on tape SMS sur Google, dès la première page c’est « SMS gratuit » qui revient le plus souvent.

Cependant, Rapidité, Praticité, Facilité sont également ce qui fait l’attrait de ce nouveau mode de communication.

Désormais regardez bien! Vous allez croiser quantités de gens tête baissée smartphone à la main peut-être en train d’envoyer un SMS?


Vincent Grégoire

Vincent Grégoire est responsable du département Art de vivre à l’agence Nelly Rodi. Il exerce le métier de « chasseur de tendance » ou « tendanceur ».

J’ai rencontré Vincent Grégoire en juin 2011 lors de la 3ème édition des Rencontres Nelly Rodi pour l’innovation.

Quelques mois plus tard, Vincent Grégoire a très gentiment accepté de jouer le jeu du décryptage des tendances de Mode et Design 2012.

Dans un premier temps, Vincent Grégoire m’a accompagnée au Who’s Next, salon de Mode prêt à porter qui s’est tenu à la porte de Versailles du 3 au 6 septembre 2011, www.whosnext.com/.

Ce fut l’occasion d’effectuer un tour de piste des nouvelles collections de prêt à porter pour la saison Printemps/Eté 2012, voir la vidéo.

Dans un deuxième temps, Vincent m’a conviée au Forum Tendance qui s’est tenu au salon Maison & Objet à Villepinte du 9 au 13 septembre 2011, www.maison-objet.com/

Vincent Grégoire a conçu un espace où il évoque les tendances de notre temps en partant d’un concept qu’il a baptisé Couplicité.

Dans la première vidéo, Vincent Grégoire explique comment il aboutit à ce  néologisme Couplicité. Dans la deuxième vidéo, Vincent illustre la Couplicité via une sélection d’objets (meubles, arts de la table, objets de décoration) qu’il met en scène.

 

Vincent Grégoire et Annabel Ringrave au Who's Next

Tendance Couplicité par Vincent Grégoire - NellyRodi

Partie 1: Explication de la Tendance Couplicité

Tendance Couplicité par Vincent Grégoire - NellyRodi

Partie 2: Illustration de la Tendance Couplicité


Tilt ideas


Brice Auckenthaler et Sophie Combes co-fondateurs de Tilt ideas interviennent  sur des problématiques liées au repositionnement de marques, à la prospective, à la veille, aux tendances, à l'innovation et à la conduite du changement en entreprise ou sur de nouveaux marchés. Adidas, Coca Cola, Renault et La Banque Postale sont clients de Tilt Ideas, dont l'ambition est de développer la QI  (ou "Qualité d'Initiative") de leurs partenaires.

séquence 1 : lien entre tendance et innovation

séquence 2 : un produit innovant réunit 4 tendances.

séquence 3 : comment les média influencent-ils les tendances?

 

 séquence 4 : comment Tilt ideas prévoit les tendances de demain?